la Galerie ANNE SOPHIE DUVAL fête ses 50 ans

EN VILLE - In TOWN

"Julie Blum, ACTION DISCRÈTE!"

par Véronique Dupard-Mandel

Julie Blum Anne Sophie Duval 1 bd.JPG
©estheteplace

L’histoire de la galerie ANNE-SOPHIE DUVAL se raconte au féminin, et en 3 temps : celui de la grand-mère, Yvette Barran la pionnière. Elle s’installe dans les années 60 au 11 rue Bonaparte (pas loin d’une certaine Madeleine Castaing) et se spécialise dans l’art nouveau. La boutique, son bar à l’américaine (et ses talents culinaires), en font vite le QG d’une joyeuse bande germanopratine. Le spirituel et délicieux Jacques Chazot en tête de file, suivi très rapidement par une clientèle de collectionneurs passionnés. Enfant, Julie se souvient à la sortie de l’école, faire ses devoirs « en regardant ces gens qui buvaient des coups autour de ce bar avec de drôles de conversations auxquelles je ne comprenais rien ».

Quelques années plus tard, en 1972, la fille d’Yvette, Anne-Sophie Duval ouvre la galerie éponyme au 5 quai Malaquais dédiée, changement d’époque oblige, à l’art Déco. Dès sa première Biennale, âgée de 27 ans seulement, elle convoque Karl Lagerfeld pour la décoration du stand qui fait encore écho aujourd’hui : sol en caoutchouc noir, paravent Dunand, table Eileen Gray, table basse Ruhlmann…  Très vite le Tout-Paris de la mode et de la décoration se presse à la galerie. Il n’est pas rare d’y voir Pierre Bergé et Yves Saint Laurent, Angelo Tarlazzi, Micheline Mauss…

Anne Sophie Duval.jpg
Anne Sophie Duval, portrait

Aujourd’hui, c’est Julie Blum, fille et petite-fille, qui officie. Dans la famille les antiquités sont une histoire de femmes. Même Julie, qui avait préféré faire un pas de côté en choisissant l’architecture et en s’installant à Londres, fût rattrapée par ce destin familial en 2008, lorsqu’elle perdit  sa mère, Anne-Sophie Duval, prématurément.

 

 

1972-2022 Julie Blum a choisi de fêter les 50 ans de la galerie avec un livre somme "Galerie Anne Sophie Duval, 50 ans de Modernité" paru aux Éditions Gourcuff Gradenigo, dans lequel elle rend hommage à ses prédécesseures.

C’est un livre joyeux, riche, instructif et en le parcourant on ressent le plaisir qu’elle a prît  à « faire dialoguer les pièces dans un rapprochement fructueux qui fait sens ».

Anne Sophie Duval Livre.jpg
Anne Sophie Duval 1bd .JPG

Julie a une passion pour la céramique qu’elle soutient en présentant de nombreux artistes et en multipliant les expositions.

« Mithé Espelt (1923-2020) « Une Alchimiste moderne », « Rien ne vient par hasard » d’Ernest Chaplet (1835-1909), un des pionniers de la céramique Art Nouveau. Et actuellement, une nouvelle exposition avec un ensemble exceptionnel d’une centaine de pièces du céramiste bulgare Vassil Ivanoff (1897-1973). Des pièces datées des années 1950-60 ainsi que des peintures de l’artiste. Un catalogue accompagnera l'exposition Vassil Ivanoff, "Un soleil de 1300°C",

Editions Gourcuff-Gradenigo.

 

Une passion qui fait écho à l‘adage familial : « Ma mère m’a transmis cette intuition qui en fait repose sur grande expérience et dont découle ma liberté. J’ai grandi dans la rigueur, l’exigence et l’esthétisme. »

Vassil Ivanoff portrait.png
Vassil Ivanoff, portrait
Vassil Ivanoff Vase _Cubiste_.png
Vassil Ivanoff, vase "Cubiste"